Indécent de Colleen Hoover

Couverture Indécent

Édition: J’ai lu

Collection: Best

Tome: 1 sur 3

Thématique: New Adult, Romance contemporaine

Parution: 20 août 2014

Nombre de pages: 282

Prix: 19.90€

Résumé:

Pour surmonter le brusque décès de son père, Layken, âgée de 18 ans, part s’installer, avec sa mère et son frère, dans le Michigan. Sa famille la considère comme un roc, mais en son for intérieur, elle est désespérée. Bientôt, une rencontre va tout changer : celle de Will, son voisin passionnée de poésie, un être lumineux, patient et protecteur, qui partage beaucoup d’intérêts communs avec Lake, peut-être même trop…
Après un premier rendez-vous exceptionnel, le quotidien reprend ses droits et amène avec lui un obstacle infranchissable. Les circonstances auront-elles raison de leur attirance hors du commun?

Mon avis:

C’est la deuxième fois que je lis Indécent et c’est toujours aussi génial. Il est drôle, émouvant, épatant.

Je n’avais jamais trop entendu parler du slam avant et cela m’a permis d’en voir un peu plus. Le seul dommage c’est qu’on ne sait pas forcément comment le lire pour mettre la bonne intonation. En plus, on découvre le groupe de musique The Avett Brothers dont, personnellement, je n’avais jamais entendu parler et j’aime pas mal leur musique. Dommage que je sois nul et que je comprenne pas grand-chose aux paroles quand je les écoute. Enfin bref, revenons à l’histoire .

Il y a Layken, une jeune fille de 18 ans qui déménage dans le Michigan avec sa mère et son petit frère après la mort subite de son père. Elle n’était pas très heureuse de ce changement jusqu’à ce qu’elle rencontre Will, son voisin. Son beau, magnifique  et talentueux voisin. Oui bon, je suis peut- être moi aussi tombé sous son charme, mais il est tellement choux aussi. Enfin je m’égare, bref. Un soir, il sorte, il vont au Slam et elle découvre une partie de lui qui la touche tout particulièrement. Puis il s’embrasse et ils tombent, tombent, tombent… MAIS la réalité les rattrape plus vite qu’il ne faut. Ils ne peuvent être ensemble et je ne vous dirais pas pourquoi, ce serait tout gâcher sinon. Mais la chose à savoir, c’est que vous ne lâcherez pas le livre. La première fois que je l’ai lu, j’ai mis un après-midi. Bon j’avoue qu’au tout départ, je croyais que Layken était un garçon et que c’était un livre du genre M/M mais j’ai vite compris que non. Je n’ai rien contre ce genre attention mais je n’étais pas dans le bon état d’esprit pour en lire un.

Enfin voilà, on suit leur aventure , leur histoire d’amour, les histoires d’amitiés de Layken car c’est elle qui raconte l’histoire, l’amitié des Caulder et Kel, les petits frères de Will et Layken mais aussi la mère de cette dernière. Elle va vous faire pleurer mais encore une fois, je ne peux pas vous dire pourquoi, je ne veux pas tout vous gâcher.

Je ne vois pas trop comment Colleen Hoover a pu mettre en oeuvre le deuxième tome même si j’ai maintenant ma petite idée mais je saurais tout ce soir.

La chose qui peut être importante pour vous c’est que si vous n’aimez pas les livres avec des scènes de sexes, celui-là est parfait car il n’y en a aucune.

Ça a été un véritable coup de cœur et je vous ai mis quelques extraits pour vous donner un peu plus envie de le lire. Et si j’ai bien retenu une chose de ce roman, c’est qu’il faut repousser nos limites, elles sont faites pour ça.

 » Il retire sa veste pour la poser sur mes épaules et, tout en me tenant le bras, il m’aide à traverser la rue. Je me sens un peu pathétique d’être assistée ainsi. Je peux très bien marcher toute seule. Mais je ne me plains pas. J’ai l’impression de trahir le mouvement féministe. J’ai régressé à l’état de damoiselle en détresse. »


 » – Layken ! crie-t-il alors que je suis sur le point de rentrer chez moi.

Je me retourne vers lui. Il se tient dans son allée.

– Que la force soit avec toi !

Hilare, il monte en voiture, et moi, je reste plantée là à regarder mes chaussons Dark Vador. Tout va bien. »


 » – J’aime bien ton nom.

Je regrette mes paroles dès qu’elles franchissent mes lèvres. On dirait que j’essaie de le draguer.

Il rit. J’aime bien son rire. Et ça m’énerve. »


 » Comme il est 19h30 pile, je retourne dans le salon pour récupérer la veste que Will ma forcée à emprunter hier et m’approche de la fenêtre. Je le vois passer la porte de chez lui. Je sors à mon tour et me poste dans l’allée devant la maison. Il relève la tête et m’aperçoit au moment où il déverrouille sa voiture.

– Prête ? me crie-t-il.

– Oui !

– Alors viens !

Je ne bouge pas. Je reste plantée là, les bras croisés.

– Qu’est-ce que tu fais ?

Il lève la main en signe de défaite et éclate de rire.

– Tu as dit que tu viendrais me chercher à 19h30 ! Je t’attends !

Tout sourire, il monte dans sa voiture et recule directement dans mon allée, de façon à ce que la portière passager soit de mon côté. »


 

« – Je connais un jeu sympa, reprend-il. Il s’appelle  » tu préfère ». Tu y as déjà joué ?

Je secoue la tête.

– Non, mais je sais que je préfère que tu commences.

– Ok. (Il s’éclaircit la voix et réfléchit quelques secondes). Tu préfères passer le reste de ta vie sans bras ou avec des bras que tu ne peux pas contrôler ?

Pardon ? Je peux affirmer sans aucun doute que ce premier rendez-vous n’a rien à voir avec ceux que j’ai déjà vécus. C’est rafraîchissant, dans un sens. « 


 

Publicités

2 réflexions sur “Indécent de Colleen Hoover

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s