hugo roman - orion tome 1 ainsi soient les étoiles

Orion, tome 1: Ainsi soient les étoiles de Battista Tarantini

HUGO ROMAN - Orion, tome 1 - Couverture

Auteure:  Battista Tarantini

Saga : Orion

Tome : 1 sur 2

Édition : Hugo Roman

Collection : New Romance

Thématique : Romance, Contemporain

Parution : 03 janvier 2019

Prix : 17€

Résumé: 

Après des années de travail intenses et douloureuses, Leo Kats sera Nikiya dans la Bayadère qui se jouera à l’Opéra de Sydney. C’est la consécration pour cette jeune danseuse. Quelques jours avant la représentation, Orion Atlay, illustre chorégraphe français, s’invite dans l’école de la compagnie pour y créer un ballet irrévérencieux. Et il veut Leo, lumineuse et docile. Seulement elle. Obsédé par la première danseuse, Orion tente tout pour la convaincre. Secouée par les méthodes peu académiques du maître de ballet, troublée par le désir qu’elle ressent pour lui, Leo craint le pire pour sa carrière. Des studios à la scène, en passant par les coulisses de l’Opéra, les deux Étoiles dansent avec leurs ombres. Elles devront se battre pour trouver l’amour.

hugo roman - orion tome 1 ainsi soient les étoiles

Mon avis:

Merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman.

Après mon coup de cœur pour Heroes, j’avais très envie de découvrir le nouveau roman de Battista Tarantini. Sans avoir lu le résumé, il me tentait beaucoup parce que la plume de l’auteure m’avait totalement envoûtée et que la couverture, OMG, elle est trop belle ! Elle fait d’office partie des plus belles couvertures de roman ! D’ailleurs, la couverture du tome 2 est tout aussi belle… 😏

« Toi, tu cherches à voler pour échapper à quelque chose qui t’effraie… murmure-t-il. Et tu atterris sans bruit pour que personne ne le remarque. »

Cette histoire, aux notes sombres, est celle de Léo et Orion, deux danseurs de ballets. Léo est la première danseuse de l’Opéra de Sydney. Elle obtient le rôle de sa vie où tout est discipline, rigueur et danse. Et alors que son rêve se réalise, Orion, illustre chorégraphe, vient la chercher pour incarner le rôle principal de sa toute dernière pièce. Léo devient sa muse mais pour incarner une danseuse d’Orion, il faut vivre pour soi, et non plus pour la danse. Il faut ressentir, être sensuel, expressif et explosif. Pour incarner ce personnage, Léo doit donc être brisée avant de renaître de ses cendres et être enfin elle, et non plus seulement une première danseuse. En d’autres mots, elle doit vivre.

Cette histoire reste globalement assez souvent dans les ténèbres et n’est que peu éclairée par la lumière. Mais cette noirceur n’est pas déplaisante, elle est d’ailleurs plutôt rafraîchissante, ça change des autres romances. De plus, elle ne comble pas seulement l’univers, mais structure également les personnages et les représente. Léo dans la lumière, Orion dans la noirceur. Vont-ils finir par éclairer et noircir la vie de l’autre ?

« Mais je n’attends pas. Je voulais être la première arrivée et c’est raté. Nina dit toujours qu’on doit se tromper avant de réussir. Qu’on doit tomber avant d’apprendre à voler. »

Ce roman aborde un sujet que j’aime beaucoup : la danse. Le seul livre que j’ai lu sur ce thème était La danse des ombres Yelena Black que j’avais bien aimé. Alors cette fois, j’ai pu découvrir la danse classique sous un autre regard, un regard bien plus sombre. Comme on le sait tous, la danse est un sport très exigeant qui demande un niveau élevé de compétences. Seulement, cette exigence entraîne malheureusement parfois des débordements avec de la souffrance dont seule la drogue peut soulager la personne. Et c’est exactement ce que vit Léo. La drogue lui permet de mettre de côté sa souffrance pendant un temps et de pouvoir continuer à danser. Mais ce genre de solution n’est que passager et Orion refuse que Léo se « soigne » comme cela.

Je ne m’attendais pas à tomber sur ce thème dans ce roman mais je l’ai trouvé assez intéressant. Honnêtement, je me doutais que la danse pouvait pousser aussi loin et induire autant de sacrifices, mais j’espérais aussi que ce n’était qu’un mythe. C’est danse 24h/24, 7j/7… Et la vie à côté ? Elle est quasi inexistante. En tout cas, elle l’était pour Léo jusqu’à ce qu’Orion arrive et qu’elle se transforme non plus en simple danseuse, mais en Léo. En la personne qu’est elle depuis toujours.

« – Il y a de belles montagnes près d’ici. On dit qu’elles sont bleues. Un jour, je monterai tout là-haut et j’irai toucher les étoiles. »

Cette atmosphère plutôt sombre a permis à Léo de se découvrir et j’ai trouvé cela très intéressant. Je n’ai pas particulièrement accroché avec les personnages mais j’ai aimé voir comment ils ont évolué l’un avec l’autre. Et j’ai bien hâte de voir comme leur collaboration va évoluer, afin de voir enfin Léo danser dans le rôle qui lui correspond le mieux. Et puis je veux aussi savoir si Orion va sauter le pas ou non.

Concernant l’histoire, je dois dire que je n’ai pas particulièrement apprécié, malheureusement. J’aime toujours l’écriture de l’auteure et la manière dont l’histoire est tournée, mais je n’ai pas été transporté aux côtés de Léo et Orion. Je ne suis pas vraiment déçue (quoique) mais je ne peux pas non plus dire que c’est une bonne lecture. C’est une lecture plutôt « sans étincelles » mais dont je veux lire la suite pour voir Léo briller tel qu’elle le mérite !

 

Si l’auteur et son roman vous intéressent, je vous conseille (fortement) d’aller lire l’interview de Quitterie alias Le goût du risque.

Et dernier petit bonus, les éditions Hugo Roman posées trois petites questions à Battista Tarantini pour son roman. Je vous les mets juste en dessous !

  • Comment trouves-tu ton inspiration ?

Partout. Et surtout, tout le temps ! Une affiche dans la rue, un regard, et même une odeur ont déjà fait naître des histoires complètes. Et puis, on a parfois besoin d’écrire aussi ce qu’on vit, ou ce qu’on a vécu, pour le comprendre et le graver à jamais.

  • As-tu fait de la danse et à quel niveau ?

J’ai commencé très tôt et j’ai continué longtemps de loin en loin. Depuis toujours, la danse est là, en filigrane, parce que c’est une histoire de famille. Disons alors que je suis une amatrice très éclairée !

  • Pourquoi un livre avec en toile de fond la danse classique ?

J’y pense depuis que j’ai commencé à écrire. Il y a neuf ans, je n’étais pas prête à élaborer une histoire à la hauteur de ce que la danse représente pour moi. Et puis l’année dernière, Leo a débarqué dans ma tête alors que j’écrivais autre chose. Les lumières de la scène, les variations éblouissantes, mais aussi la souffrance des corps et les ombres des artistes qui déferlent quand le rideau tombe : mon héroïne a réclamé tout ça et elle l’a eu. On ne va pas contre la volonté de ses muses !

2 réflexions sur “Orion, tome 1: Ainsi soient les étoiles de Battista Tarantini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s