Hugo Roman - Aime-moi je te fuis de Morgane Moncomble

Aime-moi je te fuis de Morgane Moncomble

Hugo Roman - Aime-moi je te fuis de Morgane Moncomble - Couverture

Titre : Aime-moi je te fuis

Auteure : Morgane Moncomble

Éditeur : Hugo Roman

Collection : New Romance

Tome : Spin-off de Viens, on s’aime

Thématique : Romance

Parution : 25 octobre 2018

Prix: 17€

Résumé: 

Tout le monde sait que la meilleure façon d’oublier son ex est de s’envoyer en l’air avec un inconnu. Non ? En tout cas, Zoé en est persuadée. Justement, elle trouve l’homme parfait pour le job dans un bar irlandais : un sourire idiot, un corps parfait et un pull de Noël ridicule, que demander de plus ? Zoé l’aurait même rappelé… s’il n’avait pas été le pire coup de sa vie. C’est décidé, Jason arrête les plans d’un soir. Il aurait dû comprendre le message plus tôt, mais cette nuit avec l’inconnue aux cheveux roses l’a convaincu : plus jamais ! Du moins jusqu’à ce que l’inconnue en question s’avère être Zoé, la colocataire de son meilleur ami Loan. Le souvenir de leur nuit catastrophique les pousse à se détester dès le début. Mais lorsque Zoé vient lui demander de l’aide, Jason lui propose un deal qu’elle ne pourra pas refuser.

Hugo Roman - Aime-moi je te fuis de Morgane Moncomble

Mon avis:

Cette chronique peut contenir quelques spoils sur les personnages si vous n’avez pas lu Viens, on s’aime avant.

Après mon coup de coeur pour Viens, on s’aime, je me devais de lire Aime-moi je te fuisC’était un passage oblige et je l’attendais tellement ! Et enfin, je l’ai lu. Je trouve que les deux histoires sont assez différentes mais finalement, on rit autant dans l’une qu’avec l’autre !

« Je ne sais pas ce que tu as vécu et je ne vais pas te le demander. Je veux juste que tu saches un truc : t’es exceptionnelle. Ne prête pas attention à ceux qui veulent t’empêcher de briller. »

Que dire de l’histoire ? On retrouve Jason et Zoé, alias les Zason, dans leurs débuts d’histoire d’amour. Et comme vous le savez, ils sont loin d’être des personnages calmes et reposants ! Avec eux, c’est plus disputes, insultes, alchimie sexuelle et problèmes en tous genres. À côté des Zason, les Violan sont des gros chatons tout mignons ! 🤣 D’ailleurs, en parlant de chatons, on en parle des noms que Jason à donner aux siens ?! Non parce que c’est tordant. Enfin ce mec est tordant tout court. Oui, je l’aime déjà un peu trop. 😻

Je suis en total amour devant Jason et son humour, mais est-ce qu’il bat Loan ? Bonne question. Je ne sais toujours pas ! Je les aime tous les deux et je les veux tous les deux dans ma vie. Oui, oui, les deux ! Ne me jugez pas OK ! Il y a peu de chances pour qu’ils existe en vrai et que je les rencontre, alors laissez moi rêver, please !

Bref, parlons aussi de Zoé, parce qu’après tout, elle est aussi géniale. Je vous avoue que je préfère quand même Violette mais j’ai beaucoup aimé Zoé quand même. Elle a un caractère puissant, elle est indépendante autant que possible mais ses démons ne sont jamais loin et surtout, elle est féministe. Rien que pour ça, je l’aime beaucoup. Mais si je l’apprécie, c’est aussi pour les propos qu’elle tient sur l’homosexualité et la bisexualité (exemple juste en dessous). Elle explique exactement ma vision des choses, donc elle est forcément parfaite. 😉 J’aime beaucoup le fait qu’elle soit bisexuelle, c’est assez rare en littérature je trouve. Et puis, autres choses que j’adore chez elle, elle ne se laisse pas faire et elle a un caractère de feu. La scène où Jason et Zoé se rencontrent avait donc tout me plaire, et j’étais directement emballée !

« Je déteste cette société où les femmes doivent être belles pour les hommes et sinon, n’ont qu’à devenir gay. Je déteste que des idiots comme Damien pensent qu’être lesbienne ça veut dire avoir les cheveux courts et s’habiller comme un mec. Mais surtout, je déteste qu’on croie encore à ce mythe de la « vraie femme » ».

Mais ce petit (LOL) roman n’est pas seulement une simple histoire d’amour. Bien sûr que non. L’auteure aborde dans ce spin-off différents thèmes tels que la bisexualité, l’emprise d’une personne sur l’autre et les relations toxiques, la boulimie et la perte d’un être cher. Il y a une diversité incroyable de sujet qui fait que l’histoire est vraiment hyper intéressante et prenante. Ce n’est pas une vulgaire romance sans queue ni tête mais bien une histoire entre deux jeunes personnages bien conscients de leur génération et des problèmes de leur époque.

Les sujets abordés dans Aime-moi je te fuis sont bien différents de Viens, on s’aime et c’est aussi pour ces raisons que je vous encourage à lire ces romans. Déjà, parce que ces romances sont géniaux et les personnages sont hyper attachants et drôles, mais aussi parce qu’il y a une pluralité de sujet hyper intéressant. J’ai l’impression de vraiment me répéter donc je vais couper-là pour cette partie mais vraiment, lisez ces romans !

« – Je ne vais pas te dire que tu n’es pas grosse. Pas parce que tu l’es mais parce ce n’est même pas la question. Et si tu l’étais ? Oui, tu as des hanches, des hanches sublimes que j’ai envie d’agripper pendant que tu me chevauches; oui, tu as de la cellulite, mais qui n’en a pas ? Oui, tu as des cicatrices, mais elles montrent que tu es toujours là. Ton corps prouve que tu es une survivante, et « grosse » n’est certainement pas un synonyme de « laide ». Tu es sublime et excitante, et bordel, j’ai besoin de te voir… »

Je pense que vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman. J’ai tout de même une petite préférence pour Viens, on s’aime, sûrement parce que je me reconnais un peu plus en Violette. En y réfléchissant, Zoé représente ce que je pense et Violette un peu plus ce que je suis. Alors comment les détester ? C’est impossible ! Le seul point qui m’a un petit peu dérangé, c’est la fin. Je l’ai trouvé rapide et un peu trop calme pour les Zason. Je m’attendais à une fin bien différente mais elle n’est pas nulle pour autant.

Et enfin, la dernière chose que je voulais vous dire, c’est d’aller lire la note de l’auteure à la toute fin du roman. C’est une des raisons qui fait que j’adore Morgane Moncomble : elle essaye toujours de véhiculer le message qu’il faut qu’on s’aime, quels que soient nos « défauts ». Extrait de la note :

« Mention spéciale à tous ceux qui se sentent mal dans leur peau, ceux qui sont harcelés, persécutés, rejetés, jugés pour leur couleur de peau, leur religion, leur poids, leur identité et/ou leur orientation sexuelle : vous êtes des super-héros. Ne laissez pas le monde vous atteindre sous prétexte que vous n’entrez pas dans une case. Ne laissez personne vous censurer. Soyez vous-mêmes, aimez qui vous voulez, et ne vous excusez jamais pour cela.

C’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire. »

Et petit message pour Morgane, si jamais tu passes par-là : tu peux vraiment te remercier d’être aussi géniale, parce que tu l’es infiniment ! 💖

Bertrand Jullien-Nogarède - La première fois que j'ai été deux - Flammarion jeunesse

La première fois que j’ai été deux de Bertrand Jullien-Nogarège

FLAMMARION JEUNESSE - La première fois que j'ai été deux - Couverture - La page en folie

Titre : La première fois que j’ai été deux

Auteur: Bertrand Jullien-Nogarède

Éditeur : Flammarion Jeunesse

Thématique : Jeunesse, Contemporain, Romance

Parution : 6 juin 2018

Prix: 14€

 

Résumé:

Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu’à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu’un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J’étais vraiment folle amoureuse …

Lire la suite »

Affiche du rendez-vous l'envers du décor

L’envers du décor #3 – Ces applications que j’utilise régulièrement pour mon blog et mes réseaux

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour L’envers du décor. Ce rendez-vous a été crée par Virginie du blog Sur un petit nuage. Le but est de vous partager les coulisses de nos blogs sur un thème en particulier. Je vous laisse son article de présentation jusque ICI pour plus d’informations. Dans ce rendez-vous, je ne vous parlerais […]